Mes petites créations ...

Mes petites créations ...

6ème étage, rue Marcel Aymé

3863100_orig

 

C'est en feuilletant un vieil album photo qu'elle est retombée dessus, elle l'avait gardé, la petite annonce découpée et en souriait :«Vends bel appartement 3 pièces, 60 m2, rue Marcel Aymé, proche toute commodités, 6ème étage sans ascenseur, affaire à saisir. »

A l'époque, elle s'en souvient très bien, l'annonce lui avait tapé dans l’œil. Elle y avait vu un signe du destin, à cause du nom de la rue : son fiancé s'appelait Marcel et elle l'aimait, c'était aussi simple que cela, qui plus est, un nom d'écrivain, c'était de bon augure pour écrire le début de l'histoire de leur vie. Ils l'avaient visité ensemble, ils étaient jeunes, plein de fougue et d'énergie, les 6 étages ne leur avaient pas fait peur. Au contraire ils l'adoraient ce bel escalier avec sa rampe de fer joliment travaillée comme une dentelle, et en colimaçon en plus, mieux qu'un manège pour tourner la tête aux amoureux. C'était pour eux un jeu, ils montaient les marchent 2 à 2, faisaient la course, s'arrêtaient pour s'embrasser au 3ème, repartaient en jouant à s'aguicher jusqu'au 4ème, s'enlaçaient passionnément au 5ème, et arrivaient au 6ème ne désirant plus que de rentrer bien vite pour atteindre leur 7ème ciel. Comme ils s'aimaient... ah son Marcel... Et comme aujourd'hui, il était devenu vide leur petit nid sans lui, comme elles étaient difficiles à monter les marches, elle avait mal à son genou et sa hanche n'était pas plus clémente. Son fils unique Daniel venait tous les samedis lui porter les courses les plus lourdes, il s'inquiétait :

« Tu ferais mieux de vendre maman, la conjoncture est très propice et pourtant le quartier a bien changé ce n'est plus si bien fréquenté.... il y a des logements plus adaptés pour ton age, des maisons très bien.

- Un mouroir à vieux séniles, oui ! Ma vie c'est ici ! Je ne partirai de cet appartement que les pieds devant ! »

Alors il changeait de sujet, elle était têtue et ne pliait pas facilement, il le savait. Il ne pouvait pas comprendre que c'est tout ce qui lui restait de lui, que chaque pièce, chaque recoin, chaque objet avait ici une histoire, un lien avec Marcel. Qu'ici elle était encore un peu avec lui, qu'elle pouvait ainsi revivre les joies passées pour accepter le présent. Elle ne le lui disait pas non plus par pudeur sans doute. Elle continuaient à monter, descendre ses 6 étages sans ascenseur, remonter, redescendre, remonter, redescendre, toujours et encore, tout le rythme d'une vie, de haut en bas, de bas en haut, d'amour et de frissons, d’effervescence et aussi de déceptions, de rire et de larmes, de petits malheurs de grands bonheur, et vis versa, une vie riche en émotions, les montagnes russes de son cœur. Monter, descendre.... Un jour prochain, elle le sent venir, elle l'attend, elle descendra, bien plus bas, pour alors monter, bien plus haut, et enfin, oui, le retrouver. En attendant, elle relit le sourire aux lèvres la petite annonce de ses 20 ans, laissant son esprit s'envoler vers ses souvenirs les plus tendres... la mémoire est sa vieille amie qui lui relate de bien belles histoires.

 

merci à Leiloona qui propose ses ateliers d'écriture sur http://www.bricabook.fr/ 

 

photo de Romaric Cazaux



21/03/2013
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres