Mes petites créations ...

Mes petites créations ...

Quand frappe la mort

routeHier soir je suis passé dans sa chambre, elle dormait, elle avait l'air si doux, si fragile, ses cheveux blonds, sa peau claire, ma Léa. Petite, au village, tout le monde l'appelait l'angelette, mais aujourd'hui, à quel nom a-t-elle droit ? Si vous saviez les horreurs que j'entends. Elle n'a pourtant voulu faire de mal à personne, elle ne méritait pas ça. Pourquoi elle, comment continuer à vivre avec ce poids, cette culpabilité, comment lui pardonner, comment elle se pardonnera...

- Madame, je sais que c'est très dur pour vous, avant tout je voudrais vous remercier d'accepter de me recevoir, vous savez cet article changera aussi le regard que les gens ont sur votre fille, ça rétablira la vérité, peut être la compréhension, l'empathie et même qui sait le pardon.

- Dire que c'est arrivé ici à 200 mètres de la ferme, si près... tous les jours je repasse devant ce satané virage, tous les jours, je vois les gerbes de fleurs, et vous savez ce que je me dis, ma première pensée, ouf la mienne est vivante, mais la seconde qui l'accompagne, c'est, eux ils sont morts et c'est par sa faute. Elle a tué ses amis.

- Madame c'était un accident, Léa n'avait pas bu, elle s'est endormie au volant. Elle ne les a pas tués, ils sont morts par accident.

- Allez dire ça à leurs parents ! Ils voudraient me la tuer, comme si ça allait faire revenir leurs enfants, ils ne comprennent pas que ce soit la seule à être restée en vie, en vie, mais avec quelle peine, quelle souffrance...

- Que pensez-vous faire, Léa va -t-elle retourner au lycée ?

- Non, je veux la protéger, je veux aussi qu'elle remplace la mort par la vie, qu'elle soit utile pour les autres pour retrouver du sens, je vais l'envoyer chez son oncle en Angleterre, il travaille dans un foyer pour mère célibataire, je pense que Léa pourra l'aider et qu'elle se sentira mieux là bas.

- N'est ce pas une fuite ?

- Non, c'est un chemin, ici elle n'a plus de voies possibles, je pense qu'il faut qu'elle parte pour apprendre, mais si vous saviez comme je suis triste à l'idée de me séparer d'elle.

- Je comprends madame, votre histoire est tragique. Mais vous savez ce que je me dis, c'est qu'elle est miraculée votre fille, et que quelque part ce n'est peut-être pas pour rien, peut-être que grâce à son histoire, à son épreuve, elle pourra soulager beaucoup de personnes, que le destin a utilisé comme des pions pour frapper, peut-être qu'elle devrait commencer à écrire son témoignage, pour sa reconstruction, et pour tous ceux qui sont dans sa situation et qui se sentent aussi seul et mal qu'elle, il y a un message à passer.

- Est ce que je pourrai aller lui parler juste quelques minutes ?

- Je ne sais pas si elle voudra, vous savez elle s'est murée dans sa douleur, elle ne dit plus rien.

- On peut lui demander ?

- Allons-y.

Elles montèrent l'escalier, frappèrent à la porte, sans réponse... ouvrirent et virent Léa, le corps ballottant, pendue à la poutre de sa chambre.

 

 

merci à Leiloona qui propose ses ateliers d'écriture sur http://www.bricabook.fr/ 

 

 

 

photo de Romaric Cazaux

 



29/06/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 18 autres membres